Notre église

Découvrez l'église et son histoire

(Extraits d’un guide de visite à votre disposition à l’accueil de la paroisse)


Bienvenue dans l’église de notre quartier dont nous avons en 2010 fêté les cent ans de la consécration (le 24 mai 1910) mais dont la première pierre a été posée et bénie le 19 mars 1909 (jour de la fête de st Joseph).

En 1907, la paroisse St Michel, située plus au sud du quartier (au métro « La Fourche »), comptait près de 100 000 âmes, ce qui était devenu trop important pour un seul clocher. 40 000 personnes vivaient à proximité d’ici, dont beaucoup travaillaient dans les usines du quartier. Mgr Amette, archevêque de Paris, prit donc la décision de créer notre paroisse à la demande du curé de St Michel, l’abbé Baston, puis de lui donner le nom de Joseph (le prénom civil du pape de l’époque) suivi du nom du quartier (Épinettes, dont le nom vient semble-t-il de buissons épineux).

Le quartier à l’époque était très ouvrier. Le souvenir de ceux qui ont vécu les débuts de notre paroisse est celui d’une très grande union entre le clergé et les fidèles. Cet esprit de famille et de simplicité a toujours été maintenu et développé. C’est pourquoi le journal paroissial s’appelait « En famille », en référence à la phrase latine qui ornait le choeur de l’église (almae familiae praeses, chef de la Sainte Famille), et qui était visible jusqu’aux travaux réalisés dans les années 1980.

A l’origine, une statue de St Joseph s’élevait dans le choeur au dessus du maître-autel. Il y avait à gauche la chapelle et l’autel de la Ste Vierge, et à droite la chapelle et l’autel de St Clément. Pourquoi ce saint et pas un autre ? L’explication est que Clément est le saint patron des ouvriers du métal, qui étaient nombreux à l’époque dans notre quartier en raison des activités ferroviaires (notamment les usines Gouïn). Une autre explication est que Monsieur Gouïn, qui a largement contribué au financement de la construction de St Joseph, aurait voulu que l’église soit placée sous le patronage de St Clément (4e pape après St Pierre).

Cette église est la première bâtie à Paris après la loi de séparation de l’Eglise et de l’État (1905). Elle a été construite en briques et béton armé par l’architecte Placide Thomas (un habitant de la cité des Fleurs) et elle a la forme classique d’une croix, d’inspiration byzantine.

La hauteur de la voûte est de 17 m, elle contient normalement 900 places. Sous l’église se trouve une crypte de 300 places. Au fond de l’église, une tribune contient un orgue.

Dans les premiers temps, il y avait au fond du chœur une statue de Saint Joseph, au dessus du maître-autel. A gauche la chapelle et l’autel de la Sainte Vierge et à droite la chapelle et l’autel de Saint Clément.

En 1935 à l'occasion des noces d'argent de la paroisse (et vu le mauvais état des murs) de grands travaux de restauration furent entrepris grâce à une souscription auprès des paroissiens. Nouvelles décorations, nouveau chemin de croix, crypte restaurée, terrasses refaites entièrement .

Les peintures étaient dues à André Bourgeois, le panneau du fond derrière le maître-autel représentait Saint Joseph. Le transept gauche consacré à la Sainte Vierge. De l’autre côté, l’autel de Saint Clément (Pape martyr, condamné aux travaux forcés dans une île de la méditerranée, il découvrit une source pour faire boire ses compagnons et ses geôliers. Il fut précipité dans la mer une ancre au cou, mais les flots se retirèrent laissant à découvert une petite chapelle où se trouvait le corps du martyr). Au fond du transept droit une image du Sacré-cœur. Autour de la verrière, quatre personnages ailés et nimbés représentant les quatre évangélistes.

En 1935 un nouveau chemin de croix, bas-relief peints, en ciment, décore le pourtour de la nef et remplace le précédent (en bronze). Ce chemin de croix a été exécuté par Paulette Richon  (1897 - 1987) qui enseigna les arts appliqués à l'école des Beaux-arts de Tours de 1921 à 1961.

Il semble que l’autel de Saint Clément soit demeuré jusqu’en 1962. Ensuite, étant donné le mauvais état des murs, les infiltrations, etc. … d’autres travaux ont dû être entrepris, ce qui a donné l’église d’aujourd’hui.

Dans les années 1990 une nouvelle série de travaux importants a été réalisée, donnant à l’église son aspect actuel. En montant les marches depuis la rue Pouchet, si vous avez levé les yeux vous avez vu progressivement le Christ ressuscité au fond du choeur. Sculpté par Noël Pasquier, ce Christ ressuscité aux bras ouverts accueille le peuple de Dieu.

La croix évidée met en valeur le Christ ressuscité qui accueille chacun et chacune de ceux qui entrent dans cette église. 

Pour résumer, disons que St Joseph des Épinettes est à l’image du quartier, une communauté très vivante, multiculturelle. Cette église garde les marques de ses différentes évolutions, qui ont été nombreuses en seulement 100 ans.

Photos anciennes

Date de dernière mise à jour : Lun 03 Avr 2017